L’incroyable cure de sébum !

L’incroyable cure de sébum !
1 février 2018 Cécile Hamet

Le 26 janvier 2018 s’est achevé ma deuxième cure de sébum. Ça semble pas super sexy mais le résultat est impressionnant !

Oui ! Je meurs d’envie de témoigner à ce sujet…

Le 26 décembre 2017, je sors de la douche, mes cheveux mouillés sentent le shampoing et les huiles essentielles. Une gratitude me traverse : depuis deux ans, je me lave les cheveux une fois par semaine. Et ceci était complètement impensable avant… avant ma première cure de sébum.

Trouver l’idée

Ça m’avait pris sur un coup de tête en début d’année 2016. À cette période, je regardais beaucoup de vidéos et les suggestions avaient peu à peu attiré mon attention sur ce type de soin. J’étais séduite par une chose en particulier, c’est que les Youtubeuses témoignaient d’une pousse plus rapide des cheveux, et ça c’était mon rêêêêêêêêêve ! Il ne me faut pas plus d’arguments ou de témoignages avant de me lancer, à corps perdu, dans cette d’expérience.

Voici le petit bilan dressé à ce moment-là : J’ai des cheveux à tendance grasse depuis l’adolescence. Suivant les périodes et cycles, ils ont regraissé plus ou moins rapidement. Le coup porté à leur équilibre déjà précaire a été le moment où je me suis coupée les cheveux très très court, puisque je me mouillais les cheveux tous les jours pour me coiffer. Et ça a fini en lavage systématique. Ensuite, lorsque les cheveux ont poussé, ils avaient pris le rythme – difficile de renverser la tendance !

Déroulement

Sous le nom pas très vendeur se cache une pratique qui peut révolutionner l’équilibre de nos cheveux.

La cure de sébum consiste simplement à ne pas se laver les cheveux pendant un mois environ. Voilà, tout est dit ! En fait non, parce que si les cheveux ne reçoivent pas un soin classique avec eau et shampoing, ils en reçoivent un autre, plus régulier : le brossage minutieux matin et soir (si possible).

Et si la brosse nous apporte le soin, elle-même en a besoin. Il est donc important de laver la brosse après chaque brossage, ou au minimum une fois par jour. De toute façon vous verrez bien que vous n’aurez pas envie de vous brosser une deuxième fois après :’)

Première expérience

Lors de ma première cure, je fais avec les moyens du bord. Je n’ai pas l’outil adéquat mais qu’importe ! Et bien, au bout d’une semaine, c’est un peu compliqué et je me demande si je vais aller jusqu’au bout. Je garde la foi et je prends un foulard pour cacher mes cheveux. Je ne suis pas une adepte de ce type d’ornement mais là, la question ne se pose pas !

Matin et soir, je prends soin de brosser pendant quelques minutes les cheveux, et de fait, je vois que le sébum se répartit sur toute la longueur. J’ai toujours en tête que dans tous les témoignages que j’ai lu, vu, entendu, il est question du choix de la brosse. Apparemment ça peut faire une différence… Mais ça me semble superflu.

Principe

La peau secrète une pellicule grasse pour se protéger des agressions. Donc si on multiplie les agressions en éliminant cette pellicule à force de lavages, le corps réplique sans faiblir. Ah oui, et pourquoi donc ? Parce que le but de notre corps c’est l’équilibre ! Donc dès qu’il y a déséquilibre, le corps met toute son énergie à rétablir son point de bien-être. En tout cas, je l’observe clairement sur le sujet capillaire.

Donc qu’est-ce qui se passe pendant une cure de sébum ? On autorise le cuir chevelu à se lâcher et à fonctionner comme bon lui semble. On répartit le film secrété jusqu’à la pointe des cheveux et on laisse tout cela poser pendant plusieurs jours, voire semaines. À la fin, le corps nous dit merci, je vous le garantis !

 

The brosse

La brosse !

Au bout de trois semaines, une brosse d’un modèle « idéal » me fait de l’œil dans un magasin et je craque. Et là, c’est un déliiiiiiiiice sans comparaison ! Les picots pénètrent en profondeur dans ma chevelure et masse le cuir, c’est trop trop trop bon ! C’est l’élément qui facilite la dernière ligne droite.

Le 28ème jour, je décide de me laver les cheveux. Je me fais un masque au Ghassoul (ou Rhassoul) et je plonge avec joie dans la douche.

Une fois les cheveux secs, ils sont doux, brillants, forts et légers (forcément !!).

Avec du recul, je dirais que cette cure nous a réconcilié, mon cuir chevelu et moi. Après une expérience comme celle-ci, forcément le shampoing une fois par semaine c’est easy.

L’argument choc de la pousse rapide des cheveux s’est finalement estompé pour laisser place à l’argument de la beauté capillaire et du changement de texture. Je n’ai pas remarqué qu’ils ont poussé plus vite que d’habitude mais en tout cas, ils ont gagné en matière.

Par contre, concernant la cure en soi, ça m’avait semblé long et pas très agréable, donc je ne pensais pas avoir envie un jour de réitérer cet épisode.

 

Deuxième mi-temps !

Le 26 décembre 2017, je sors de la douche, mes cheveux mouillés sentent le shampoing et les huiles essentielles. Une pensée me traverse : depuis deux ans, je me lave les cheveux une fois par semaine. Mais ! Ces derniers temps, ça commence à se réduire. Est-ce que ça ne vaudrait pas le coup de recommencer une petite cure…? Le moment, cette fois encore est idéal, je pars en formation jusqu’au 15 janvier et je ne vais pas voir trop de monde.

Au bout de cinq jours, je me confirme cette intention et je commence à bien me brosser les cheveux matin et soir et déjà je note une énoooooorme différence : ce brossage agit véritablement comme un shampoing, je peux garder les cheveux libres ou attachés sans que la date du dernier lavage ne soit visible. Là, je réalise que le choix de la brosse a donc son importance. Au bout de 10 jours, tout va bien ! Même pas besoin de les cacher. Après 20 jours, idem, le pli est pris. Un matin, après une séance de sport, j’ai envie de me passer de l’eau dans les cheveux pour rincer la sueur et « dépoussiérer » la chevelure. Et là, le grand miraaaaaacle ! J’ai réussi un water-only pour la première fois.

Water-only

C’est se laver les cheveux avec de l’eau. Il faut tout faire comme avec un shampoing mais sans. C’est important de prendre le temps de bien masser le cuir chevelu pour travailler les racines et permettre à l’eau de bien rincer partout.

Pendant cette expérience, je suis scotchée de voir que mes cheveux ne s’emmêlent pas du tout. Alors qu’avec un shampoing je ressors avec la crinière de Marge, à tel point que le démêlant était devenu indispensable.

En séchant mes cheveux restent lourds mais semblent vraiment propres. Je peux même les détacher. Je continue les brossages matin et soir jusqu’au 26 janvier, jour où j’ai pris rendez-vous pour une coupe énergétique, et donc pour un shampoing. Comme la dernière fois, j’ai choisi un Rhassoul pour revenir en douceur vers le cheveu.

À l’heure où je vous parle (1er février 2018) mes cheveux sont comme neufs !

Conclusions

La deuxième cure est passée comme une lettre à la poste, d’une part parce que j’ai commencé directement avec le bon outil et les bons réflexes et d’autre part parce que mes cheveux ne sont plus non plus dans le même état que lors de la première. Du coup, à ce stade, je pense octroyer ce soin à mes cheveux dès que l’envie poindra.

Et vous, est-ce que ça vous tente ?

Le dernier jour de la seconde cure

0 Avis

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Redimensionnement des polices