Le jus de légumes

Le jus de légumes
2 octobre 2017 JLG

Pendant une certaine période de mon enfance, ma mère sortait la centrifugeuse des placards afin de préparer un petit jus qui nous ferait patienter jusqu’à ce que le repas soit prêt. En général c’était l’exquise association pomme/carotte… À ce jour encore ma préférée !

Maintenant, c’est encore grâce à elle que j’ai redécouvert les bienfaits et le bon goût des jus. Cela faisait pas mal d’années qu’elle avait dit adieu à la centrifugeuse, synonyme de mort de nombreux nutriments et vitamines. En 2014, une lumière en chemin attire son attention sur le « pouvoir » des jus de légumes crus. Elle s’y jette à corps perdu et depuis l’extracteur fonctionne quotidiennement.

2014 est une de ces années où je passe épisodiquement chez mes parents. De mon côté, je continue mon exploration -un peu plus intensive- des aspects de la nutrition et du développement personnel.
J’imagine bien que nous avons dû aborder le sujet de l’arrivée des jus dans son quotidien au cours de nos échanges téléphoniques, mais ça ne m’a pas vraiment interpellé. C’est véritablement au cours d’un séjour sur une semaine que j’ai découvert l’engin et ses prouesses. La vis sans fin permet d’extraire avec beaucoup de douceur tout le jus contenu dans des légumes de toute sorte (racines, feuilles, cucurbitacées et j’en passe…oui, tout y passe !). La texture et le goût sont fabuleux, j’adore ! Pendant 7 jours de vacances, j’apprends alors à quel point cette façon d’apporter les élémentaux des légumes est bénéfique pour l’organisme. Débarrassés des fibres, les minéraux et vitamines sont directement disponibles pour l’organisme : un festin pour l’intestin, une cure de jouvence pour toutes nos cellules !

Aujourd’hui, il existe une infinité de types d’extracteurs, plusieurs centaines de livres et milliers d’articles sur internet qui traitent de ce sujet. Et c’est tant mieux !
Découvrir ce geste et inscrire ce rituel réjouit nos papilles et notre santé générale.

En ce qui me concerne, j’ai passé un moment difficile de ma maladie en buvant quotidiennement un grand verre de jus de carottes frais avec un morceau de curcuma, de gingembre, un peu de pomme, de purée de noisettes et de citron. Je suis intimement convaincue que ça m’a permis de limiter une possible dénutrition, inconvénient important des périodes de crise. Cet apport m’a également apporté un grand réconfort gustatif (alors que je perdais l’appétit), et ainsi a soutenu forme et moral… deux piliers d’un meilleur rétablissement !

0 Avis

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Redimensionnement des polices