Rencontre avec le feng shui traditionnel

Rencontre avec le feng shui traditionnel
5 novembre 2019 Cécile Hamet

En 2017, j’ai fait la rencontre de Marion, une jeune femme en formation au feng-shui traditionnel chinois.

À cette époque, je n’avais pas beaucoup de considération à l’égard de cette discipline. Je pensais que c’était une sorte de « cerise sur le gâteau », une manière un peu exotique de concevoir l’aménagement d’intérieur. J’en avais une image plutôt mainstream et pleine de clichés…

Complètement habitée (ha ha !) et passionnée par sa discipline, Marion m’a présenté des dimensions bien plus larges. J’étais scotchée et passionnée à mon tour !
Voici un résumé de ce que j’ai compris et retenu de notre conversation. (Mes excuses pour les éventuelles inexactitudes, omissions etc.)
En fait, traditionnellement, le Feng-Shui est une discipline hautement considérée et un art réservé aux puissants. Selon cette approche chinoise, le lieu impacterait notre bien-être et notre épanouissement à 30%. Ce n’est pas rien. Cela veut dire qu’on peut être freiné ou boosté à 30% de l’énergie que l’on veut investir dans un domaine.
L’idée d’une étude Feng-Shui est d’établir la carte énergétique du lieu, de l’interpréter et de placer l’humain qui l’habite aux meilleurs endroits pour soutenir ses projets. Donc de créer une harmonie entre l’habitant et l’habitat. Ah oui, parce que c’est le lieu qui nous choisit 🙂 J’aime bien cette dimension, je la trouve poétique.

On passe au concret

Après avoir entendu tout cela, je n’avais qu’une envie : expérimenter le feng-shui pour transformer mon lieu de vie en tremplin pour mes projets (et en partir le plus vite possible).
Marion est donc venue à plusieurs reprises pour effectuer le plan de l’espace et obtenir toutes les données dont elle avait besoin pour travailler. Ensuite est venue l’heure de la restitution. Je trépignais d’impatience !

Lors de ce rendez-vous, j’ai reçu un petit dossier qui contenait entre autres le plan de mon espace principal. Il était découpé en secteurs et pour chacun de ces secteurs j’avais des « recommandations ». Je pouvais lire « plus de métal, moins de bois ». Euh, oui ? C’est à dire ?
Et bien, l’idée est d’équilibrer et d’optimiser la circulation énergétique en ajoutant ou on retirant des éléments (eau, bois, feu, métal, terre). Chaque élément peut être incarné par des formes, des couleurs, des matières, ou des combinaisons de formes et de couleurs. Par exemple, si on considère le métal, il s’incarne dans des éléments métalliques ou via la couleur blanche ou les formes arrondies.

En faisant cette démarche, je me suis prise en pleine figure la grande difficulté du moment. Accepter d’habiter pleinement mon espace, lorsqu’on veut en partir, il y a du chemin !
Après avoir pris le temps de discuter à propos des recommandations et échangé autour de la lecture du lieu en lien avec mes projets, j’étais bien obligée de faire face à la conclusion : m’investir là où j’étais.

J’ai donc fait mon maximum pour agencer le lieu selon les recommandations. J’ai orienté lit et bureau dans les meilleurs axes pour dormir et travailler. J’avoue qu’au début ça me semblait un peu rigide, et au final, c’était plutôt rigolo de ré-organiser l’espace par secteur et selon les éléments : à cet endroit, je mets tous les objets de cette couleur, ici je recouvre un mur d’une toile, là je fais un coin avec les appareils électro-ménagers etc. J’ai a-do-ré parce que ça m’a mis dans une sorte de transe créative, je regardais chacun de mes objets sous un nouvel angle. Où pouvait-il trouver sa place pour contribuer à l’harmonie générale ?

Tous ces changements ont vraiment été bénéfiques dans mon quotidien. Déjà parce que j’ai pris le temps d’habiter le lieu suivant mon intention. Plus tard, je trouvais intéressant d’observer un objet qui m’avait semblé à sa juste place, être finalement tout à fait décalé… et ce, au fur et à mesure de mes avancées.
Un an plus tard, j’ai senti un fort besoin de changement. Il fallait que ça bouge ! Marion est revenue et nous avons trouvé une autre configuration clairement plus adaptée aux nouvelles circonstances.

Et maintenant ?

Aujourd’hui, je ne peux pas m’imaginer habiter un lieu sans faire ce type de connaissance, simplement parce que je sens clairement un avant/après. J’ai apprivoisé le lieu que je voulais absolument fuir 2 ans auparavant. Je m’y sens bien et je peux complètement m’épanouir. Je me sens en phase avec mon environnement, j’évolue avec lui, je le considère comme le reflet d’un de mes mondes intérieurs et je tiens à le respecter autant que je souhaite me respecter. J’ai l’impression de porter un regard de plus en plus animiste sur ce qui m’entoure. Je ne sais pas si c’est lié… En tout cas, je me délecte de ces moments où je prends soin, en conscience, de ce qui m’entoure.

0 Avis

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Redimensionnement des polices