S’habiller, quel choix ?

S’habiller, quel choix ?
13 décembre 2017 Cécile Hamet

M’habiller est devenu un véritable casse-tête. Comme j’estime depuis quelques années qu’un important pouvoir réside dans mes choix de consommation, je suis régulièrement prise de cas de conscience lorsqu’arrive le moment où je devrais renouveler ma garde-robe.

Dans mon  » dressing « , j’ai plusieurs types de vêtements : ceux donnés par des amies, ceux trouvés dans le rebu des parents, et ceux que j’ai acheté.

J’aime récupérer des fringues de mes parents, ceux d’une autre époque (celle où les fringues étaient faits pour durer un peu plus longtemps qu’une saison !). Le temps, les mites font leur œuvre, et après avoir racommodé plusieurs fois, l’heure arrive de s’en séparer. Une pièce maîtresse s’éteint ! Comment la remplacer ?
J’adore quand une amie se sépare de vêtements et que j’en trouve quelques uns qui me plaisent dans le lot. C’est géant parce que je les ai entre les mains sans les avoir cherché et sans mauvaise conscience. Sauf que ce modèle a ses limites : ça veut dire que ce sont mes amies qui achètent, donc ça ne rend pas le travail aux enfants moins pénible, c’est juste que l’habit sert plus longtemps…

Quand arrive le jour où vraiment, oui vraiment j’ai besoin d’une nouvelle pièce. Alors c’est l’horreur. Les dernières fois, j’ai rangé ma conscience sur un cintre, à côté de mes idéaux et je suis allée dans un magasin de marque, j’ai demandé ce que je voulais à un vendeur, j’ai essayé et j’ai acheté. Point. J’épargne tout le dialogue intérieur qui a suivi !

Parfois, j’essaie d’aller vers des marques qui vont utiliser du tissu biologique, ou qui indiquent que les enfants ne travaillent pas et blablabla… Et quand je découvre que ces marques ou les labels qu’elles utilisent ne sont pas du tout transparents, ça me rend encore plus triste et dépitée, ma confiance est piétinée.

Entre la matière première (la manière dont elle est cultivée, récoltée, traitée, vendue, transportée, travaillée), le design, la confection, la vente etc. je me demande sincèrement comment un habit pourrait vraiment être 100% Humain, Éthique, Respectueux.
Alors pour finir, j’ai toujours l’impression de choisir entre la peste et le choléra… c’est quoi le moins pire ?!

Je n’ai pas pour habitude de vouloir rendre ma déception ou ma déprime contagieuse, je fais en sorte de toujours trouver des solutions et des raisons de rester optimiste. Sur ce sujet pourtant, je n’en suis pas encore là !

Pouvez -vous m’aider ?

0 Avis

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Redimensionnement des polices