Sortir les poubelles

Sortir les poubelles
8 octobre 2019 Cécile Hamet

Aujourd’hui, j’ai envie de partager un concept qui m’est apparu ce matin de manière très claire et concrète.
Le mardi matin chez moi c’est le jour des poubelles. Ce matin, conformément à un engagement que j’ai pris envers moi-même, j’ai une heure pour m’occuper des affaires dites « quotidiennes ». Avant de m’occuper de mon linge, je commence par vider les poubelles du bureau et de la salle de bain même si elles ne sont pas encore pleines.

« Après tout, j’ai le temps, je peux anticiper et ne pas attendre qu’elles débordent pour les sortir. »

BAM ! Cette pensée simple qui accompagne un geste anodin résonne très fort intérieurement. « Eh oui, très chère ! Tu n’es pas obligée d’attendre que tes poubelles débordent avant de les vider. » Cela répond à un débat intérieur qui est monté récemment à ma conscience. Je constate que j’ai de réelles difficultés à aborder les sujets délicats, confrontants voire conflictuels dès lors que je me sens impliquée émotionnellement dedans. J’imagine que quelque part c’est normal et que je ne suis pas la seule. Néanmoins, ça ne me permet pas de vivre la qualité relationnelle à laquelle j’aspire, ni de nourrir mes valeurs d’authenticité, de clarté et de paix qui me sont chères. D’où le conflit intérieur entre mes ruminations qui me rongent, le besoin de les exprimer et de les dépasser et la paralysie dès lors que je suis face à l’autre.

C’est d’ailleurs l’une des raisons pour laquelle je suis allée me former à la Communication Non Violente et qu’un groupe de pratique a vu le jour près de chez moi. Ah la la la la ! Entre tout ce qui aspire à être vu, entendu, su et qui tourne à l’intérieur de nous et toutes les barrières qui s’érigent avant la sortie… Il reste un bout de chemin avant la fluidité communicationnelle. Ce que je vois c’est que chez moi c’est l’aspect émotionnel qui freine. Il y a un effet d’accumulation qui me met dans des états qui n’ont plus grand chose à voir avec le différent qui m’éloigne de la personne que j’ai en face de moi. Avoir confiance dans la capacité de l’autre à entendre sans en faire une affaire personnelle est un pas qui peut soutenir. D’ailleurs s’en assurer avant de discuter peut être une bonne idée.

Dans tous les cas, vider les poubelles avant qu’elles ne soient pleines est un rappel précieux dans un processus complexe. 😉

Alors attention ! Je ne dis pas de vider ses poubelles sur quelqu’un, hein ! Ça dépend du contenu des poubelles, entendons-nous… Parfois une écoute intérieure suffit, parfois une oreille extérieure et neutre sera nécessaire, bref, ne prenez pas cette info au sens brut.

0 Avis

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Redimensionnement des polices