CRÉER EN LIBERTÉ

CRÉER EN LIBERTÉ
9 février 2018 Cécile Hamet

S’autoriser à créer peut être un véritable chemin à parcourir. Voici les étapes par lesquelles je suis passée pour déconstruire mes empêchements et prendre du plaisir à créer.
Puisse ce témoignage vous inspirer pour, à votre tour, franchir le cap !

Bloquer des portes

Je n’ai jamais su dessiner. Enfant, j’ai pris des cours mais je n’aimais jamais ce que je dessinais. J’ai fini par penser que je ne savais tout simplement pas. Je me répétais que je ne saurais jamais. De fait, même lorsque malgré tout j’essayais, le résultat me décevait. Je ne parvenais jamais à être satisfaite. Je voulais que mon idée d’origine soit exactement identique à celle qui se forme sur le papier. Je créais en vue d’un résultat. Je me mettais sous pression.
Et puis, j’ai fait un amalgame de tout ce qui a trait au papier et j’ai mis de côté quasiment toutes les activités artistiques.

Transformer son regard

Autour de 25 ans, je (re)découvre le collage grâce à une amie berlinoise. Elle créé dans la joie, dans la spontanéité, avec légèreté et liberté. Peu importe le résultat. Ce qu’elle aime, c’est ce moment où elle crée. Elle est tellement radieuse et décomplexée en en parlant que ça me fait envie ! Oser essayer ? M’accorder ce plaisir ?
Car oui, en l’écoutant je réalise que se laisser créer, c’est s’adonner au plaisir d’être avec soi. C’est se laisser exister par l’expression et l’inspiration. C’est oser aller vers son Beau. Oui, quelque part c’est même aller vers le développement de l’estime que l’on a de soi.

Expérimenter pour tourner la clé

Je me revois en 2013. Je suis installée à la table de la cuisine. Quelques magazines, prospectus, programmes culturels glanés par-ci par-là sont étalés autour de moi. Je commence à découper. Mon regard s’adapte et s’aiguise au fur et à mesure. Je découvre alors que tout le matériau disposé autour de moi est fertile. Oh joie !
Je m’émerveille devant les jeux de mots qui se forment spontanément. Je souris devant les associations d’idées qui fusent telles les comprimés effervescents plongés dans l’eau.
Je suis complètement absorbée et inspirée. Je jubile. Le processus créatif se déroule avec fluidité. Cerise sur le gâteau : j’aime le résultat.

Au début, je compose des cartes postales pour des ami-e-s, des cadeaux. Puis, je crée des éléments de décoration.
En 2017, je me lance dans un « défi des 100 jours » de Lilou Macé. Je réalise alors mon premier un tableau de vision. Là, c’est le gros kif, première réalisation sur un grand format (A4). J’aime ce qui en sort, j’aime l’état dans lequel je suis, j’aime tout de ce moment.

Pendant le défi, j’ai envie de continuer… Je décide d‘illustrer des messages qui m’inspirent. Le résultat me plait. J‘ai alors envie de partager et de diffuser l’énergie animée. Je fais donc imprimer une version carte-postale du message « Je fais confiance à l’univers ».

Jouer en liberté

2018, je fais de moins en moins de collages et je me laisse plus de liberté pour dessiner et colorier. Sans pression, juste quand l’envie se présente je dessine.

Et j’ai osé le plus grand pas pour moi. J’ai dit à une amie que j’avais envie de découvrir l’aquarelle. Quelques jours plus tard, elle m’offre des crayons aquarelles. Après quelques essais, je prends le pinceau.
C’était en 2019. Quel plaisir ! De l’eau, des couleurs, du papier et juste moi. Moi – autorisée à faire ce que je veux, à explorer les domaines que je veux. C’est grâce à tout ce chemin que deux ans plus tard mes cartes postales « graines d’amour » ont vu le jour !

Résumer pour plus de clarté

Commencer avec le collage a été pour moi le moyen le plus efficace pour court-circuiter toutes mes pensées limitantes quant à ma capacité à créer des choses qui me plaisent sur le papier. Les éléments organisés dans le collage sont sélectionnés selon leur beauté, leur message, leur forme. Il suffit d’assembler ces éléments pour créer un ensemble harmonieux. En dépassant ce blocage, j’ai pu accéder au plaisir de vivre un processus créatif dénué de pression. Plus largement, j’ai créé un espace pour vivre pour le plaisir. Cet espace s’est élargi petit à petit. Me laissant encore plus de place pour oser explorer de nouveaux domaines.

Et vous, avez-vous trouvé le moyen d’aller ouvrir les portes que vous aviez condamnées ?

le même, à écouter

0 Avis

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Redimensionnement des polices