TRICOTHERAPY

TRICOTHERAPY
22 octobre 2019 Cécile Hamet

La tricothérapy a élargi ma compréhension du Tout, rien que ça 🙂

Il était pour moi admis qu’on peut décrypter dans mes mains, dans mes pieds, dans mon iris l’état de mes organes comme on lit dans un livre ouvert… Mais de là à imaginer qu’il en est de même pour mes cheveux… Ça non. Ça m’aurait même semblé un peu trop farfelu. Et pourtant vous vous en doutez, la réponse est oui…!
J’avoue que ça m’enthousiasme, parce qu’une fois de plus je découvre et je m’émerveille. Je me relie à la diversité du monde et des manières de prendre soin les uns des autres. C’est beau, non ?

À la découverte de la Tricothérapy

2016, je suis en réflexion. Je n’ai pas encore osé lancer mon activité indépendante.
Un dimanche d’octobre, je m’aventure timidement dans un salon du bien-être qui a lieu à quelques kilomètres de chez moi. Je crois que c’est la première fois que je me déplace sur un tel événement…
Je fais le tour de ce salon avec curiosité. Je dois avouer que je ne me sens pas très à l’aise dans cet environnement. Avant de partir, mon regard se porte sur une coiffeuse en train de réaliser un massage du cuir chevelu. Ça me fait envie ! Alors je m’assois sur son tabouret dès qu’il a été libre.

C’est alors, que j’entends pour la première fois le mot « Trichothérapy ».

Je souris, contente de découvrir quelque chose de nouveau. Je m’amuse quand la coiffeuse me remet un petit sabre japonais entre les mains. Le massage commence. Je ferme les yeux. Mmh c’est di-vin ! Pour clore la présentation de sa technique, la coiffeuse récupère le sabre et prend une petite mèche de mes cheveux. Elle la coupe avec le fameux sabre, le Tantõ. Sur le coup, la sensation est tellement intense que je crois avoir été scalpée ! Je me retourne et je demande à voir la longueur de ce qu’elle a coupé. Soulagement et surprise, il n’a qu’à peine 5 mm de parti… Je reste sidérée par la différence entre ce que je venais de ressentir (tout proche du crâne) et l’éloignement géographique de l’acte (tout au bout de mes cheveux). D’ailleurs, j’aurais pu compter mes cheveux tellement chaque stimulation capillaire avait été distincte.

Forcément, après cette découverte si marquante, je n’ai qu’une idée en tête : vivre l’expérience dans son entièreté. Le livre était ouvert et il fallait maintenant aller au bout de l’histoire.

En route pour une séance complète

Voici comment s’est déroulée ma première séance et comment se déroulent en général chacune des sessions.

La coupe se déroule dans un pièce isolée du salon, je suis seule avec la coiffeuse. Une petite musique relaxante et une douce odeur d’encens me mettent dans l’ambiance.
Dans un premier temps, je m’installe au bac pour le lavage les cheveux accompagné d’un massage relaxant.
Je suis invitée à m’assoir ensuite sur chaise confortable face au miroir.
Pour introduire le début de la coupe, ma coiffeuse utilise son bol en cristal. J’adore, je savoure. Je ferme les yeux, je me laisse envelopper par le son, je me détends.
Ensuite, elle dépose le tantõ entre mes mains et commence à masser mon cuir chevelu de manière approfondie. C’est fait pour stimuler les méridiens. La sensation est intense et énergisante.
À la fin du massage, elle récupère le tantõ et commence la coupe. Elle procède minutieusement, mèche après mèche, de la base du crâne vers le sommet. Elle isole une mèche de cheveux, la peigne sur toute la longueur. Elle tend légèrement les cheveux et sectionne les pointes sur la lame du couteau. Les vibrations de la coupe remontent et résonnent jusque dans mon cuir chevelu. Suivant les zones du cuir chevelu qui sont stimulées, j’ai une sensation douce ou au contraire assez désagréable ! Pendant toute la coupe, je garde les yeux fermés. Je suis à chaque fois frappée par la différence des sensations en fonction de la zone d’implantation.
Une fois la coupe au tantõ terminée, la coiffeuse me masse de nouveau cuir chevelu. Un pur bonheur… Je me sens comme harmonisée après un grand nettoyage.
Pour la dernière étape, la coiffeuse utilise son rasoir à l’envers et balaie plusieurs fois énergiquement mes cheveux pour resserrer les écailles. Je me sens dynamisée et mes cheveux sont tout doux.
Pour finir, elle rassemble les cheveux coupés et les glisse dans une enveloppe. J’ai quelques jours pour décider de ce que j’en ferai : les brûler, les disperser au vent, les enterrer, les jeter à l’eau etc. En général, ça me vient spontanément. L’idée est de laisser le processus cheminer et de le clore en conscience.
Après cette coupe énergétique, je demande éventuellement à retravailler ma coupe de manière plus classique.

Aux origines de la technique

Je me suis demandée d’où venait cette technique. Après avoir discuté avec ma coiffeuse, je suis allée sur le site de Jill Andrieu, coiffeuse expérimentée et inspirée, à l’origine de cette approche. Voici ce que j’ai compris.
« Tricho » a 2 sens en grec ancien. Il signifie « le cheveu, le poil » ainsi que « en trois parties ». Ainsi, une séance de trichothérapy se décompose en 3 temps et touche dans son déroulement le corps, le cheveu et l’esprit. C’est donc une approche globale qui, à partir d’un soin particulier du cheveu va venir travailler sur les différents aspects de notre être.

En résumé, j’utilise aussi mes cheveux pour retrouver l’énergie d’avancer !

Oui ! Nos cheveux portent des mémoires, révèlent des émotions. Ils sont aussi un signe apparent de notre personnalité. On se cache derrière, on s’affirme, on s’expose… Texture, brillance, épaisseur ou perte peuvent révéler des déséquilibres physiologiques ou émotionnels.
Il m’a semblé évident de prendre soin de mes cheveux en incluant cette dimension après ces explications. D’autant plus qu’il m’arrive de vivre des moments compliqués avec mes cheveux selon les phases et l’impact de ma maladie chronique (carences, chocs émotionnels etc.).

Ce que ça m’apporte

Franchement, je ressens le besoin d’y aller quand j’ai besoin de tourner une page, de faire un reset, un peu comme pour une séance d’AccessBars®. Et puis symboliquement, j’ai vraiment la sensation de créer un espace pour couper avec ce qui m’encombre, laisser partir des poids. C’est un moment où j’ai vraiment la sensation de prendre soin de moi globalement comme lorsque je pratique le yoga par exemple.
Si vous avez l’occasion ou la curiosité de tester, n’hésitez-pas à me dire ce que vous en avez pensé !

0 Avis

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Redimensionnement des polices